Matosport: le Blog !

01 octobre 2009

Kayak de mer

Le kayak de mer a , si l'on peut dire, le vent en poupe. Sur le marché, tout et n'importe quoi. N'importe quel youyou se voit affublé du titre de kayak de mer. Je n'évoquerai ici que les "vrais" kayaks. Ce qui écarte d'emblée tous les sit-on-top que l'on trouve un peu partout et qui ne sont finalement que des engins de plage un peu plus costauds. Rappelons aux néophytes qu'un kayak est une embarcation pontée (on rentre dans le bateau par un trou: l'hiloire).

En attendant vos témoignages, je vous parlerai des kayaks sur lesquels j'ai navigué.

Avantages: manoeuvrant, sa carène arrondie lui permet de bien passer dans les grosses vagues. Sa taille modeste lui permet d'être remisé plus facilement que d'autres modèles.Peut également être utilisé en rivière de difficulté modérée.

Inconvénients: pas de trappe dans les caissons, d'où la quasi-impossibilité de prévoir une sortie sur deux jours. Il faut un temps d'adaptation pour trouver son équilibre, sa stabilité primaire pouvant surprendre au premier abord.

Avantages: kayak excellent pour les sorties à la journée, voire sur deux jours si on n'a pas besoin de trop de matos à emporter. Très stable, bien bas sur l'eau offrant ainsi peu de prise au vent. Réagit bien au surf.

Inconvénients: ne permet pas de longues randos sur plusieurs jours. L'absence de dérive rend le pagayage pénible par vent de travers (surtout par trois-quarts arrière)

Excellent kayak polyvalent d'un gabarit proche du précédent. S'il n'y en avait qu'un ce serait celui-là. Lorsqu'il est équipé de trappes, c'est le kayak à tout faire, utilisable aussi bien en ballade à la journée qu'en rando itinérante.

Avantages: tous ceux du Ponant plus la possibilité de le charger.

Inconvénients: n'accepte pas les chargements trop lourds style expé, le problème récurrent de l'absence éventuelle de dérive, tend à lofer (remonter au vent) plus que le Ponant (il est plus haut).

Le même que le Kitiwec mais en un peu plus gros, surtout au niveau du volume intérieur (d'où une plus grande hauteur sur l'eau à vide). Moins polyvalent.

Avantages: ceux du Kitiwec, avec la possibilité de le charger fortement. Recommandé pour les longues virées de plusieurs jours ou semaines ... Excellent marin

Inconvénients: moins stable et moins manoeuvrant que le Kitiwec, plus lourd. S'il y a du vent la dérive est presque indispensable.

Avantages: moins cher que les kayaks en fibre, craint moins les chocs; permet d'envisager de longues randonnées.

Inconvénients: trop mou (réagit moins bien au coup de pagaie), lourd, très difficile (impossible ?) à réparer, de plus en plus lent au fil du temps, s'abîme plus avec les rayons solaires.

un modèle pas cher d'un excellent rapport qualité-prix. Permet de pagayer longtemps sans fatigue avec un mouvement assez horizontal. Manque peut-être de puisance par mauvaises conditions.

(fibre, pales nylon): trop puissante pour moi (problème au coude après deux heures de navigation soutenue). Semble équivalente à l'Archipelago de Plasmor, en moins cher. Permet d'aller vite si besoin. Sur la balance plus légère que la TNP, mais sans doute moins bien équilibrée, parce que semblant auss (voire plus !) lourde que celle-ci.

Carlisle touring paddle série 2000 Cs

(Dural):   

TNP modèle 703

Les pagaies

: d'une importance capitale, il faudrait toujours les essayer avant de les acheter.

: Gabarit proche du Kitiwec, mais en polyéthylène. Kayak bien équipé.

Laser (Rainbow )

Catchiky (Plasmor):

:

Kitiwec (Plasmor)

: un vrai et bon kayak de mer en fibre de verre de 5,15 m, stable et "nerveux". Dépourvu initialement de trappe, j'en ai fabriqué une dans le caisson avant (me contacter pour ceux que ça intéresse).

Ponant (JFK)

: pratiquement inconnu de la plupart c'est un kayak hybride de 4,50 m en fibre de verre-polyester. Au départ semblait plutôt destiné à la rivière vue sa carène assez ronde mais sa longueur le destine plutôt à la mer , bizarre, bizarre ... Je l'ai donc modifié: il était dépourvu de caissons étanches, j'ai donc fabriqué deux cloisons en fibre de verre et le voilà paré de réserves de flottabilité. J'ai rabaissé le siège en le collant au fond et voilà un kayak sympa pour les sorties à la journée. (soit dit en passant, il est à vendre ...)

Sérap

Posté par fifouniou à 21:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


23 novembre 2010

Escalade

Vaste programme que de parler du matos utilisé en escalade. Pour commencer, et parce que ce fut mon dernier souci, parlons un peu descendeur et autre matériel d'assurage. Rappelons au passage qu'un rappel s'effectue toujours en utilisant un moyen complémentaire d'assurage (noeud autobloquant, shunt ou même assurage d'en haut ...), à moins d'utiliser un appareil comme le mascott, évalué ci-dessous (et malheureusement bien peu convainquant)

Le click-up: sur le marché il y a pléthore d'appareils d'assurage tous plus extraordianires les uns que les autres d'après les pubs. Et bien décevants sur le terrain. Sauf pour ce click-up qui m'a vraiment séduit :plus sûr que le grigri, plus léger et moins cher je ne lui vois que deux petits inconvénients: un petit coup de main à prendre pour descendre quelqu'un en moulinette selon le diamètre et l'état d'usure de la corde utilisée, et une usure du mousqueton auxiliaire. A part ça que des qualités: utilisation naturelle (même geste que pour un panier), descente fluide, léger dynamisme en cas de vol, et surtout blocage sûr et même si on le met à l'envers il permet un assurage efficace, la seule fonction perdue étant alors le blocage (alors que pour le grigri, si la corde est mise à l'envers une chute est presque impossible à arrêter). Je le conseille sans hésiter.

Le mascott: très séduisant sur le papier, il l'est beaucoup moins sur le terrain. Explications: son côté plaquette est classique, rien à reprocher de ce côté-là. Mais la grande nouveauté n'est pas là; c'est son utilisation en rappel qui est vraiment intéressante: si on lâche tout ça bloque et donc dispense d'un auto-bloquant additionnel. Et c'est vrai que ça bloque bien. Trop même ! en effet il est impératif d'avoir une corde fine et neuve... Si comme moi vous aimez avoir dans le sac du matos universel, passez votre chemin. Cet appareil est vraiment difficile à utiliser en descente si par hasard vous voulez faire un rappel sur une corde à simple (en cas de réchappe par exemple), sans parler de l'usure de la corde: si vous arrivez à descendre avec une corde un peu usagée, en bas vous avez la main recouverte par les peluches de la corde. Conclusion, vous allez grimper en voies de plusieurs longueurs avec un rappel -neuf !- de moins de 9 mm, vous pouvez le prendre. Le week-end suivant vous allez en falaise-moulinette, n'oubliez pas de prendre un autre engin.... Je me demande aussi ce que ça peut donner avec une corde mouillée. Ou plutôt je ne me le demande pas, à mon avis descente impossible. De plus le principe même est à prendre avec précaution: lorsqu'on panique, on a tendance à attraper ce qu'on a sous la main, si par malheur on a le réflexe suite à une descente trop raide de serrer les fesses ... et les mains, le risque d'une descente à fond la caisse n'est pas à exclure... En conclusion je dirai que ce mascott n'est vraiment pas à déconseiller, mais que des améliorations pourraient peut-être permettre de nouveaux essais.

Le 8 : très facile à utiliser aussi bien en assurage qu'en rappel il a été longtemps plébiscité par les grimpeurs. Il a pour lui d'être simple, pas très cher et il inspire confiance quand on le regarde. Mais il vrille les cordes et sur des cordes neuves et fines (rappels de moins de 8,5 mm) on se fait un peu peur dans les longues descentes en fil d'araignée (genre Verdon). Dans ce cas on peut lui faire faire un demi tour supplémentaire après y avoir placé la corde. Pour un rappel sur une statique en simple on peut utiliser le trou le plus petit. Autre avantage: il permet un assurage dynamique (entraînement indispensable ..). Le Petzl muni d'une petite partie en plastique permet de ne pas se brûler les doigts après une longue descente (et par la même occasion de laisser échapper le précieux ustensile).

Les "paniers" : à la mode actuellement, ils ne vrillent pas les corde et sont d'un maniement agréable. Ceux munis de "dents" (Cubic de Simond, ATX de Black Diamond) freinent vraiment bien. Ne pas les mettre dans la position de freinage maxi pour assurer quelqu'un en tête, pour le dynamisme c'est pas le top. Munis d'un anneau souple, il faut être tête en l'air pour les perdre.

La plaquette New Alp : la belle invention que voilà. En descendeur ne peut que servir de dépannage ; par contre pour assurer un ou deux seconds dans une voie de plusieurs longuers, à mon avis il n'y a rien de mieux.

Les "combinés": je désigne ainsi les appareils reprenant à la fois le principe du panier et de la plaquette New Alp. Je crois que le reverso 3 de petzl fonctionne ainsi (je ne l'ai pas essayé). Personnellement j'utilise l'ATC Guide de Black Diamond que je trouve excellent: d'une belle finition, il est d'une utilisation facile et agréable aussi bien pour l'assurage du premier de cordée, d'un ou deux seconds, que pour la descente en rappel. Il est conseillé de le munir d'un "ficelou" sur le petit trou, qui permettra de libérer la corde en cas de tension bloquante causée par un second pendouillant...

Le grigri (Petzl) : lourd et horriblement cher c'est malgré tout un instrument très pratique, presque trop.Un débutant pourra assurer quelqu'un en toute sécurité, puisque le grigri se bloque en principe tout seul en cas de chute . Mais l'expérience m'a montré que cela tend à déresponsabiliser pas mal de personnes qui perdent (ou ne prennent pas) l'habitude d'être très vigilante pendant que le copain grimpe. Très commode aussi pour assurer quelqu'un en moulinette qui prend souvent des repos. Permet de descendre en étant auto assuré sur une corde simple (mais bon , c'est pas tous les jours hein ...) Au rayon inconvénient le dosage de la force à appliquer sur la manette en descendant quelqu'un en moulinette n'est pas toujours évident et surtout il reste le risque - mortel !- de mettre la corde à l'envers dans le grigri.

Le shunt (Petzl): remplace, en plus lourd et plus sûr un noeud autobloquant. Il ne doit pas être utilisé comme moyen d'autoassurage sur corde simple en escalade.

Le reverso (Petzl) : malgré toute la pub dont il a bénéficié, il est décevant pendant les rappels. Terreur assurée en fil d'araignée si le descendeur est positionné directement sur le baudrier. Positionné sur une sangle ,au-dessus de l'autobloquant (qui lui est sur le baudrier), il est bien plus efficace.  Il est assez agréable en assurage traditionnel et peut remplacer la plaquette New Alp en voie de plusieurs longueurs.

Les chaussons:

Je ne parlerai ici que de ceux que j'ai et qui sont toujours d'actualité, en espérant que d'autres avis seront prochainement exprimés. A noter que je ne peux pas juger pour le haut niveau, n'étant moi-même qu'un petit grimpeur plafonnant péniblement les jours de forme au 7a.

Rock pillars zeal: bon rapport qualité prix, assez bonnes sensations, confortable. Malheureusement se détend et après un premier ressemelage, la précision est considérablement amoindrie: impression que le pied glisse à l'intérieur du chausson lorsqu'on gratonne en pointe. Actuellement je ne les utilise plus au delà du 6b.

La sportiva mythos: comparable au précédent. Bon confort mais se détend aussi. J'ai remarqué que plus le chausson est pris petit au départ plus il se déformera; du coup pour le long terme il vaut mieux, paradoxalement, prendre à peine plus petit que sa pointure habituelle.

La sportiva miura (lacets): excellent chausson; les sensations sont un peu longues à venir mais après c'est vraiment bien. En dalles et murs sur petites prises c'est un régal. A tendance à se détendre, donc à devenir confortable en voies assez longues. Ce qui est un peu agaçant c'est la vitesse d'usure de la semelle.

Five ten lynx: malheureusement je crois qu'on ne le trouve plus; dommage, pour moi c'est le chausson idéal pour les grandes voies: compromis idéal entre confort, sensations et précision. A noter que j'ai essayé des newton sensés les remplacer mais qui étaient assez décevants et ne supportaient vraiment pas la comparaison

Five ten anasazi velcro:  une fois les sensations ressenties (un peu long au début), c'est un chausson excellent: je suis certain que j'aurais raté certaines voies avec d'autres chaussons. Inconvénient, on croit progresser, alors que c'est le chausson qui fait tout le boulot ( enfin presque ....). Pour la douleur le modèle actuel est nettement plus supportable que l'ancien: en prenant simplement une demi-pointure sous sa pointure habituelle, on se trouve rapidement bien dans ce chausson qui ne se détend pas (ou peu), en tout cas avant ressemelage.

Posté par fifouniou à 15:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Bienvenue à toutes et tous,

Parce que rien ne remplace l'expérience véritable sur le terrain, parce qu'il y en a marre des magazines plus ou moins à la solde des fabricants,

parce que chacun a son avis qui n'est pas la vérité universelle,

parce que c'est en comparant ses expériences que l'on peut progresser,

j'ai créé ce blog.

L'idée est de comparer les avis des utilisateurs car rien ne vaut l'opinion de quelqu'un qui a fait un essai en conditions réelles sur le terrain.

Je vous invite à lire, et surtout à apporter votre pierre à l'édifice.

Pour l'instant il n'y a que des rubriques pour les activités que je pratique mais

ça serait le top si cela s'élargissait grâce à votre participation à toutes les activités de pleine nature

Pour donner votre avis il suffit de cliquer sur commentaires au bas de la page concernée.

A bientôt.

Posté par fifouniou à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]